Isotopchim : explications publiques, mais "chaudes" à Ganagobie

Publié le par castaneda

Publié le samedi 22 mars 2008 à 05H48

Des experts ont répondu aux questions sur l'affaire Isotopchim

mmm-copie-1.jpg

Les experts de l'Andra, de l'ASN et de la Drire et la préfète Abollivier ont répondu aux inquiétudes des riverains, dont certains (nouveaux venus) ignoraient la présence de déchets radioactifs.

La préfète Béatrice Abollivier avait promis, peu après son arrivée, que tout serait mis en oeuvre pour réhabiliter le site pollué d'Isotopchim à Ganagobie (La Provence du 21 mars); une simple villa en apparence, mais qui contient - depuis dix-sept ans - des produits chimiques et radioactifs laissés là, par leurs propriétaires: les époux Friedeling, pourtant lourdement condamnés par la justice, mais qui ont organisé aujourd'hui leur insolvabilité.

Dix-sept ans ! Combien de fois a-t-on entendu ce chiffre, ponctué d'un étonnement effaré jeudi soir, dans la petite salle de la mairie de Ganagobie, où la préfète Abollivier, entourée de nombreux experts de premier plan (ASN, Andra et Drire) avait convié les habitants et riverains du site, à une réunion d'informations.

"Ne restez surtout pas avec une question en suspens, reprécisait sur le coup de 20h15, la préfète, avant de clore la réunion. Nous sommes là pour ça, et les experts aussi !" Et effectivement, la conversation s'est poursuivie encore de longues minutes avec des apartés, comme celui avec cette famille, récemment arrivée à Ganagobie... et qui ignorait tout de cette affaire, si elle n'avait pas lu un article dans les colonnes de La Provence.

"Il y a eu poursuite de l'activité à Peyruis, où l'on était disposé à accueillir ce sinistre personnage condamné par la justice, demande une personne. Y a-t-il eu un risque pour la population à ce moment ? On peut avoir légitimement peur quand on voit toutes les précautions prises actuellement et les 900 000€ de coût total de l'opération.." Le directeur de la Drire Laurent Leroy ne peut guère répondre à ce sujet, mais précise qu'il y a bien eu contamination du site de Ganagobie au carbone 14. "Cependant, il faut inhaler ou ingérer des substances pour être contaminé. Nous avons ainsi calculé, avec le scénario le plus défavorable, que quelqu'un qui serait végétarien, et aurait consommé exclusivement des fruits et légumes cultivés dans le secteur touché correspondrait à avoir effectué deux radios thoraciques par an."

Les travaux de nettoyage, d'évacuation des produits potentiellement dangereux, s'effectueront du 25 mars au 30 avril, de 7h 30 à 17h 30 à Ganagobie. 

Par Jean-Pierre Tissier ( jptissier@laprovence-presse.fr )



Je met une petite partie du débat en vidéo (film de mon portable)



























Commenter cet article