2012 Les énergies inversées part /4

Publié le par castaneda

 

Les 260 jours du calendrier maya tzolkin

Notons que les 13 nombres étaient associés aux Oxlahuntiku, treize divinités Mayas du monde supérieur. Ils possédaient donc leur propre valeur rituelle.
Nous voyons sur ce graphique, avec les couleurs, le rythme en alternance et la régularité en quantité des nombres, ainsi que leur déplacement dans l'espace. Le rythme de base est bien visible, et la valeur montante des nombres par le décalage donnent un effet de montée musicale avec mouvement double, pair, impair.

Ce qui nous donne aussi un rythme de 20 fois 13 par année pour les nombres en lecture horizontale. Nous avons là un effet montant dans la gamme. Bien que l'on ait 13 mois de vingt jours, nous avons dans le rythme 20 fois 13, et ce 13 comportant un rythme de 3 marque le tempo des danses Amérindiennes.
En plus, nous avons remarqué que la progression des nombres en intervalles, a une constante de 7, de mois en mois. Exemple : 1-8, 2-9, 3-10, 4-11,5-12, 6-13 et 7

Horizontalement en lecture

:
En ce qui concerne les références des principes, ou branchements avec l'Univers, les derniers 7 jours d'un mois, comparés aux 7 premiers, n'ont pas les mêmes équivalences pour les rituels, au niveau des noms. Ceci donne, également avec une différence si nous nous plaçons sur un plan musical, un autre rythme qui est montant de façon subtile, ou opposé en variations pour les 7 derniers jours de chaque mois. Nous pourrions définir cela comme un double jeu d'oppositions ou de polarités, féminine et masculine, ou yin et yang.
Nous pourrions le traduire en forme de symphonie, si l'on attribuait une note par jour pour les 260 jours, ou sous forme de danse d'incantations accélérant les énergies dans le corps. Le rythme serait basé sur les nombres, et l'évolution se ferait en harmoniques montantes et recommencerait chaque année mais sur un plan différent.
Autrement dit, nous avons:
  • Un rythme de branchements à l'Univers, avec des rituels d'invocations sonores pour les noms, et
  • Un rythme avec les nombres revenant de façon cyclique et progressive, ou martèlement d'ancrage.

Ces rythmes, sur un plan musical, ajoutent 1 note chaque jour et en retire une puisque les nombres des jours suivants sont décalés. Ainsi le 13 ième mois, nous avons un décalage vers la droite de 13 autres notes moins une sur le rythme des 13 mois, puis comme il y a 20 jours nous avons donc 7 jours supplémentaires avec un nom différent ne pouvant pas correspondre aux autres 7 premiers jours, mais suivant également le déplacement vers la droite de 7 autres notes moins une. Soit un registre de 25 + 13 = 38 notes

Reprise de la dernière ligne pour les 7 autres jours : 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25


Ceci décrit bien un effet montant dans la gamme, avec un rythme de tempo tel que les tambours Amérindiens le rendent.
De plus, lorsque les Amérindiens dansent autour du feu symbole de la Terre - Mère, celui-ci représente aussi le déplacement de la terre autour du Soleil. Le rythme de danse autour du feu est synchrone avec le calendrier cérémoniel. Ces danses ont pour but de se connecter à l'Univers, et de stimuler l'énergie dans le corps pour donner de la force et de l'ancrage.
N'oublions pas que les Mayas étaient d'excellents mathématiciens et que les rythmes font partie des rituels Amérindiens.

2) Le HAAB ou calendrier agraire :
http://www.clio.fr/BIBLIOTHEQUE/Les_Mayas_les_Grecs_de_lAmerique.asp

Le calendrier solaire de trois cent soixante-cinq jours se décomposait en dix-huit "mois" de vingt jours auxquels on ajoutait une période très courte de cinq jours (18 x 20 + 5 = 365 jours). Les deux cycles commençaient en même temps mais, pour qu’une même date pût se répéter, il fallait un laps de temps de cinquante-deux ans de trois cent soixante-cinq jours et de soixante-treize années de deux cent soixante jours. La conjonction des deux calendriers donnait lieu à des rituels complexes. Enfin, pour situer les événements dans le passé, il était nécessaire de partir d’une date initiale, comme nous le faisons en prenant comme référence la naissance du Christ. Les Mayas avaient calculé une date d’origine qui correspond au 13 août 3114 avant notre ère. Il s’agit là d’une convention, qui permet d’inaugurer le compte long des treize baktuns, de 144 000 jours chacun

(Sur une base de 360 jours et non 365, 242036). Le 21 décembre 2012, le cycle long s’achèvera, ce qui coïncidera avec le solstice d’hiver. C’est alors que, selon les prophéties, l’ère maya prendra fin.
Ce que nous allons vérifier.

Autres explications du calendrier Haab :

http://www.louisg.net/C_maya.htm

"Le Calendrier Haab :
Dans ce calendrier "civil" de type solaire, l'année comportait 365 jours répartis en 18 mois (uinal) de 20 jours chacun auxquels s'ajoutait une période complémentaire de cinq jours en fin d'année.
Les 18 mois étaient consacrés à des divinités et portaient le nom de manifestations religieuses ou agricoles. Le glyphe qui y était attaché représentait le dieu ou l'animal sacré symbolisant cette manifestation.
Quant à la période des 5 jours additionnels, elle était désignée par le terme de Uayeb qui signifiait "Celui qui n'a pas de nom" et était réputée être une période de malchance.
Tous les jours étaient numérotés de 0 à 19 mais le premier (notre zéro) était appelé "fin du mois" ou "début du nom suivant" et son glyphe était accompagné d'un glyphe "zéro".
Les autres jours de chaque période "mensuelle" étaient numérotés de 1 à 19. Ainsi 5 Mol était en fait le sixième jour du mois de "Mol".
"Dans ce calendrier, chacun des 20 jours de la série Imix, Ik, Akbal...Ahau se retrouvait à la même place dans chacun des 18 uinals d'une même année. Un peu comme si, par exemple, le mardi de l'année 2002 se trouvait toujours le 5 de chaque mois.
Mais, comme il y avait 5 jours additionnels, chaque jour changeait de numéro chaque année par rapport à l'année précédente. Chaque année, les 20 jours étaient décalés par série de 5. Ce n'est donc qu'au bout de 5 ans que les noms retrouvaient leur numéro de départ.
De ce fait, quatre jours seulement pouvaient se trouver en tête d'année et constituer le "nouvel an" : Eb, Caban, Ik, Manik."

Le Compte calendaire :

UNITÉS de valeurs
Dans le calendrier Maya nous avons :

1 Kin = 1 jour
1 Unial = 20 jours
1 Tun = 360 jours
1 Katun = 20 Tuns = 7.200 jours
1 Baktun = 20 Katuns = 144.000 jours
5200 ans représentent 13 Baktuns ou 144.000 x 13 = 1.872.000 jours

Les kin, tun, et katun sont chiffrés de 0 à 19
L'unial est chiffré de 0 à 17
Le baktun est chiffré de 1 à 13
1 pictun = 20 baktuns = 2,880,000 jours
1 calabtun = 20 pictuns = 57,600,000 jours
1 kinchiltun = 20 calabtuns = 1,152,000,000 jours = approx. 3 millions années
1 alautun = 20 kinchiltuns = 23,040,000,000 jours = approx. 63 millions années
Le alautun est probablement le nom de la plus longue période de chaque calendrier.

Il faudra ajouter :

  • Le cycle sacré des 52 ans, nommé Calendar Round (Cycle de calendrier), ou combinaison des deux calendriers précédents.
  • Le cycle long, ou compte long, qui permettait de compter les jours de façon linéaire par rapport à une "date zéro". Ces jours pouvaient être comptés jusqu'à... 23 milliards d'années.

La période de la rotation sidérale correspond à l’espace de temps qui sépare deux positions identiques du corps en mouvement autour de son propre axe, par rapport à un astre de référence. Le déplacement du système solaire dans la galaxie est de 26.000 ans ou 5 fois 5200 ans.

Autres versions plus proche de la vérité. Nous l'avons corrigé et mis en valeur ce qui nous intéresse.

http://www.aventurestropicales.com/El%20Tzolkin.htm – Office du tourisme du Guatemala -

"Le Tzolkin est une liaison spirituelle à ¨Oxlahuntikú¨ :
- Les treize Dieux du Monde Supérieur

(Les Constellations).
il y a un compte séparé de calendrier pour les rituels connectés avec les dieux Maya ¨Bolontikú¨:
- Les neuf Dieux du Monde Inférieur
(Les planètes de notre système solaire).
N'importe quelle utilisation du calendrier est essentiellement une invocation à l'aide des treize Dieux du monde supérieur.
Le symbolisme des vingt jours du Chol Quij raconte aussi les aspects différents de l'histoire du Popol Vuh (l'histoire de création Maya), il raconte comment de deux frères déifiés, l'un est retourné vers l'enfer (Xibalba). Ils sont devenus le soleil et la lune
(Nous constatons là que les 20 jours racontent bien la création de notre système tel qu'expliqué dans les Messagers du Temps, 1, 2, 3… avec l'explosion de la nébuleuse donnant naissance aux planètes et les constellations).

La période de 260 jours est aussi considérée symboliquement comme la période de gestation humaine. La personnalité de chacun est considéré pour être sous l'influence du jour réel où il est né et aussi au jour (théorique) où il a été conçu. Pour se faire les Mayas connaissaient l'existence des planètes qui gravitaient autour de la terre, soit la connaissance exacte de la trajectoire de la lune, de la dimension précise du soleil, de Venus, de Jupiter et des autres.

Le calendrier sacré a trois utilisations principales :

  • Cérémonies et rituels communautaires et individuels,
  • Pour deviner pour les réponses aux questions spécifiques (comme notre astrologie horaire) et
  • Pour pronostiquer le destin d'un individu (comme notre astrologie natale), le moment exacte pour les semences et la récolte, les sacrifices, et la conquête d'une peuplade rivale.

La communauté archéologique est d'avis que les Mayas ont perdus la plupart de leurs traditions ancestrales. Cependant, ceux d'aujourd'hui gardent beaucoup de leurs mystères intacts, mais ne veulent pas les révéler aux étrangers. Les informations publiées sur le calendrier, rassemblées par des ladinos (des non-Indiens), sont fragmentaires.
À présent il y a environ 25 langues parlées Maya au Mexique et au Guatémala, le Belize et le Honduras.
Le calendrier Maya fonctionne comme des rouages. À chaque période de jours, correspond une période de l'année, ainsi qu'une période de l'espace-temps.
Ils avait élaborés des voyances extraordinaires, comme la venue dans le nouveau monde des hommes à barbes longues, pour détruire leur peuple.
Ceux-ci ont découvert à l'aide d'un ordinateur la lecture tridimensionnelle des glyphes de certaines stèles. L'analyse par cette façon a amené une toute autre ouverture sur la cosmologie Maya.
Or la divination Maya ne s'arrêtait pas à la venue des Espagnols, mais jusqu'en l'an 2012 de notre ère ! Est-ce le début d'une nouvelle ère, du retour des Mayas ? La chute des civilisations impérialistes ?
Est-ce la fin du pouvoir des peuples opprimants sur les peuples opprimés ? Que nous réserve l'horoscope Maya ?

Les Mayas croyaient en l'influence du cosmos comme activateur de l’esprit humain. Grâce à leurs observations astronomiques et à leurs connaissances mathématiques, ils ont développé un système de calendriers très complexe pour marquer le temps. Ils forment des cycles récurrents basés sur le cosmos et qui s’égrènent comme les rouages d'une montre.
Le cycle actuel aurait commencé en 3114 avant J. C. Ce qui serait le point de départ de la vie humaine

(correspondant à 4 cycles de 5200 ans et au déplacement du système solaire dans la galaxie) et prendrait fin en l’an 2012 de notre ère. Cette année sera alors un moment de grande transition et de transformation.
Les calendriers les plus connus de nos jours sont :
- le Tzolkin ou calendrier sacré basé sur un cycle de 260 jours. Cycle qui nous convient bien puisque c'est celui de la gestation humaine, influencé par la lune. Il induit un recommencement, une évolution, une maturité et une naissance vers un nouveau cycle de vie.
- Le Haab basé sur un cycle solaire de 365 jours comme notre calendrier Grégorien.
Le Tzolkin associe les nombres de 1 à 13 avec une séquence de 20 signes appelés glyphes qui s'entremêlent et se répètent sans cesse (un cycle de 20 jours combiné avec un cycle de 13 jours).
Le Haab se compose de 18 mois de 20 jours et d’un mois de 5 jours.
2012 est une date importante dans l’histoire humaine.
Elle marque la fin d’un cycle de 5 125 ans et d’un cycle de 13 ans.
Le grand spécialiste américain de l’astrologie Maya, Bruce Scofield, pense que d’après les inscriptions mayas trouvées sur les stèles, le début du cycle de 5 125 ans dans lequel nous vivons aujourd’hui se situerait le 11 août 3114 avant J.C. Ce qui correspond à la date du calendrier Julien 584.283. Cette corrélation a été connue grâce à 3 chercheurs : Goodman, Martinez et Thompson. Nous sommes également dans un cycle de 13 ans qui a débuté le 21 décembre 1999.
Ces deux cycles prendront fin le 21 décembre 2012. Cette date marquera l’entrée de l’humanité dans une ère nouvelle, dans une autre dimension qui nous demande une transformation personnelle si nous voulons suivre le mouvement"

Publié dans notre planète

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article