2012 Les énergies inversées part /1

Publié le par castaneda

2012 Les énergies inversées
Les calendriers Mayas
L'INVERSION du CHAMP MAGNÉTIQUE de la TERRE
A quoi devons-nous nous attendre !
 

lien vers le site source :   http://lesmessagersdutemps.com/part8.html

Toujours dans une optique de démystification, nous nous sommes penchés sur le problème de 2012 et la véracité du fondement de cette date. Beaucoup de choses ont été dites, mais le phénomène d'attentisme et de passivité des ésotériques nous laisse supposer qu'il y a beaucoup de confusion et d'idéalisme dans des explications en désaccord avec la réalité.
Nous avons découvert, dans nos précédentes recherches des Messagers du Temps, que le système solaire était actif, et que notre rôle dans l'édifice était non d'attendre de l'aide, mais de participer au mouvement.
Nous savons que notre système solaire est à mi-parcours de sa durée de vie, soit encore 5 milliards d'années de notre temps terrestre, et que les différentes observations concernant notre planète prouvent qu'il y a eu plusieurs basculements de celle–ci.
Nous savons aussi que nous nous trouvons pris au piège dans des énergies émises par les trous noirs, poubelles de l'espace, mais également en situation de rectification obligatoire en accord avec l'Univers (voir les Messagers du Temps : la Puissance de l'esprit).

Forts de ces explications, nous allons donc émettre l'hypothèse que le système terrestre est en situation de chaos, et que la puissance de l'esprit est la base de notre capacité de rectification. Cependant le phénomène de chaos n'inclut pas la passivité, mais l'action pour des choix au niveau des bifurcations.
Nous allons nous appuyer sur des explications concrètes telles les crops circles, les calendriers Mayas, le concept de l'Univers, afin de bâtir une trame cohérente, non mystique.

Les Mayas

Le peuple et la culture Maya représentent, pour les ethnologues, la Méso-amérique. Celle-ci se définit par un ensemble de territoires et de cultures similaires, bien que différentes par certains aspects de caractères. C'est en fait cette vaste étendue de l'Amérique centrale actuelle, allant de la frontière avec les Etats-Unis jusqu'au sud du Costa Rica, en passant par la Guyane et le bord de la Floride.
Il n'y a pas là d'empire Maya, mais des cultures proches s'influençant. Nous y retrouvons :

  • Les Olmèques de –1200 à –400 ans, site de Monte Alban
  • Les Zapotèques de –800 à –500 ans, site de Monte Alban et autres
  • Les Teotihuacans de 300 à 750 ans
  • Les Toltèques de 1000 à 1150 ans, au nord
Puis
  • Les tribus Chichimèques
  • Les Tarasques, alliés aux Espagnols contre les Aztèques
  • Les Totonaques, alliés aux Espagnols.

Citations :

http://www.louisg.net/C_maya.htm

"La région maya correspond à la presqu'île du Yucatan, au Guatemala, à Belize et à une partie des états actuels du Salvador et du Honduras. La civilisation maya est apparue dès -1600. Ils descendraient des Olmèques, mais ils furent malgré tout contemporains et commercèrent ensemble. Leur apogée s'est étendue de 250 à 700. Contrairement à presque toutes les autres civilisations précolombiennes, ils développèrent un système d'écriture. Celui-ci, très complexe, permit, une fois déchiffré, de comprendre un peu mieux les dynasties et les grandes périodes de la civilisation maya.
Les Toltèques, venus du Nord, s'installèrent au nord de la ville actuelle de Mexico. Sous la domination de Tezcatlipoca, l'empire Toltèque domina tout le Mexique central et influença les Mayas.
Les Aztèques, eux, se sont établis dans le sud du Mexique actuel vers 1200 apr. JC. En 1345, ils fondent la ville de Mexico. Ils possèdent aussi une écriture"

Carte du Mexique à l'époque des Mayas.

 

Les Mayas, comme tous les peuples anciens, étaient très proches des branchements avec l'Univers et, d'après les vestiges laissés, nous montrent à quel point ils connaissaient le fonctionnement de ces transferts. Voici d'ailleurs la reconstitution d'une ville, ci-après, montrant tel que nous l'avons expliqué dans les Messagers du Temps 1et 2, les plans de micro-processeurs capteurs d'énergies.

Les pyramides étaient d'ailleurs toutes basées sur les mêmes plans, que ce soit à Monte Alban, Mexico, Chichen Itza, et tous les autres sites (y compris chez les Incas), et ceci bien que les tribus soient différentes et souvent éloignées. Ce qui a depuis le début retenu notre attention, est l'unité de construction des pyramides alors que les peuples n'avaient pas les mêmes origines, ni les mêmes langages, Nous l'avons déjà expliqué, ces concordances ne sont pas fortuites.


Maquette d'un centre cérémoniel maya de Tikal à son apogée
(VIIIe siècle).

Centre cérémoniel de contact avec l'Univers, comparé avec un centre de l'empire Aztèque. Publié en 1524 à partir d'un croquis fait par Cortès, ce plan de Tenochtitlan montre des chaussées qui relient le centre cérémoniel à la terre ferme. À l'extrême droite une digue offrait une protection contre les crues (source : Les Aztèques - Les civilisations du passé).

Les deux civilisations sont différentes et pourtant les édifices sont identiques ou presque. C'est d'ailleurs toujours vers le ciel que les Mayas, comme toutes les civilisations premières, se tournent. Leurs "dieux", mêmes s'ils ont des correspondances humaines de typologie, n'en sont pas moins que des systèmes ou programmes planétaires, le zodiaque, la galaxie, les nébuleuses…. Voir les Messagers du Temps 1 et 2.

Voici ci-dessous, afin de bien situer le contexte du départ de la recherche sur 2012, une pyramide pleine de secrets.

Pyramide Aztèque à Tenochtitlan qui, d'après les dires, aurait été surélevée afin de la consolider. Mais la forme et les couleurs bleue et rouge de l'architecture du sommet prouvent qu'il s'agit bien de connexions à polarités mâle et femelle, comme pour des branchements. Regardez aussi les sorties de votre ordinateur, et comparez.
Cette pyramide livra d'ailleurs des vestiges significatifs telle que la pierre de Coyolxauhqui ci-dessous.

La pierre de Coyolxauhqui

Voir l'histoire de Mardouk la comète et le télescopage des planètes, dans les Messagers du Temps 2 et 3, relatant l'histoire du déplacement des planètes. Cette comète est aussi Héra pour les Grecs.

Pour comprendre 2012, il faut se référer au calendrier Maya, mais aussi Aztèque et sans doute d'autres similaires. La précision mathématique et astronomique est incroyable pour des êtres que l'on croyait inférieurs ! Comment, à l'époque des débuts du christianisme, pouvait-on prétendre que ces civilisations ignoraient les fondements de l'Univers ? Pourquoi leur avoir infligé ce Moyen Âge religieux, n'apportant que des contradictions sans preuve ? Le rôle castrateur des religions a fait plus de ravages pour notre évolution qu'un basculement planétaire. Les prétendues sacrifices humains sont des histoires liées à l'invasion des catholiques dont nous citons les références :

"L'ironie de l'histoire a voulu que ce soit des rangs mêmes de l'Église catholique. Fer de lance de la destruction de l'héritage Aztèque, que vinssent les principaux agents de sa préservation. Puisant à l'occasion dans les caisses de l'église, mais plus souvent avec des moyens de fortune, plusieurs missionnaires, notamment le franciscain Bernardino de Sahagun, s'attachèrent passionnément à recueillir l'héritage culturel des Aztèques….
Sahagun, brillant et tenace, veilla à la composition de l'un des codex aztèques les plus fameux et les plus abondamment illustrés... Ses rapports avec les Indiens l'amenèrent à la conviction que les "superstitions idolâtres, la divination, les violences et les cérémonies idolâtres ne s'étaient pas complètement perdues"…
"… Un autre texte, élaboré de semblable façon, et dû au dominicain espagnol Diégo Duran, "historia de los Mexicanos", dresse un portrait des Aztèques non seulement détaillé, mais sympathique….. au fil du temps son texte avait été gravement altéré, sans doute par des moines soucieux de le censurer…"
Page 18 du livre les civilisations du passé – Les Aztèques.

RÉFLEXIONS

Tout comme le prouve les extraits cités, il y a eu une réalité trafiquée. En effet pour être au fait des coutumes amérindiennes, les rituels du sang ne font pas partie de leur façon d'agir. Par contre, lors de batailles, les hommes aimaient saigner afin d'éliminer les toxines de leur corps. Le renouvellement du sang s'apparente aux "lunes des femmes", ou pertes de sang menstruelles. C'était même une gloire pour eux que d'être blessés. Mais en cela rien de païen, ni de ritualiste.
Il est fort probable cependant que les ennemis aient été traités comme dans toutes guerres. Celles de l'Europe et d'autres pays sont toutes aussi barbares, sinon plus, la violence faisant partie de ces phases d'exorcisation dont les hommes ont besoin pour libérer leurs tensions… dit-on ! En aucun cas cela ne donnait le droit, au nom d'un dieu absent, d'exterminer autant de monde et de les obliger à changer de croyances (70 millions de morts pour l'ensemble des Amérindiens des trois Amériques).
Comment peut-on être assez niais pour croire que l'on peut remplacer un trou par un trou. Car si les Catholiques pensaient être dans leurs droits, les autres aussi, et ni l'un ni l'autre ne pouvait prouver la véracité de leurs dires à l'époque. Par conséquent, il y avait une absence de fondement dans les deux cas.
Par contre, ces peuples étaient très proches de l'Univers, forts en astronomie et en mathématiques.
En ce qui concerne Christophe Colomb, nous avons de curieuses informations :

http://artchives.samsara-fr.com/Souvenirs-atl/reis.htmCe site est en copyright, nous citons donc des extraits, et vous invitons à le visiter, il est fort intéressant.

Citations:

Les Cartes de Piri REIS par Andrew Tomas.
"En 1520, Muhiddin Piri Reis, dit amiral Piri Reis (1470-1554), publiait en Turquie l'atlas Bahriyye destiné aux navigateurs. Ces cartes munies de notes marginales sur peaux de chevreuil furent découvertes par Halil Edhem, directeur des musées nationaux, le 9 novembre 1929 au palais de Topkapi à Istanbul.
Dans ses notes, l'amiral Piri révèle l'origine de ces cartes. Au cours d'une bataille navale livrée en 1501 contre les Espagnols, un officier turc du nom de Kemal fit un prisonnier qui avait participé aux trois voyages historiques de Christophe Colomb. Ce prisonnier espagnol possédait tout un lot de cartes fort curieuses.
Grâce à ces cartes, Christophe Colomb a pu définir le but final de son voyage
. Si cette supposition est correcte, elle nous fournit une explication de ce qu'écrit son fils Ferdinand dans sa Vie de l'amiral Christophe Colomb : "Il relevait soigneusement toutes les indications que des marins ou d'autres personnes pouvaient lui fournir. Il en fit si bon usage qu'il acquit la conviction indiscutable de la possibilité d'atteindre et de découvrir de nombreux pays à l'ouest des îles Canaries"
Parmi les documents confisqués par les Turcs à l'Espagnol, il y avait des cartes dessinées par Colomb en 1498, soit six ans après la découverte des Antilles. Pourtant, ces cartes présentent d'une façon complète les continents de l'Amérique du Nord et du Sud, leurs fleuves, le Groenland et l'Antarctique, tous inconnus en 1498. La distance entre l'Amérique du Sud et l'Afrique y est indiquée avec une précision surprenante.
Le Dr Afetinan, professeur turc, écrit dans son livre : La plus vieille carte de l'Amérique
"Dans le chapitre (consacré par Piri Reis à la mer Occidentale), nous trouvons tout ce que l'on savait à son époque sur la découverte de l'Amérique. Il raconte, à ce propos, en se fondant sur des ouï-dire, qu'un certain livre datant d'Alexandre le Grand fut traduit en Europe et qu'après l'avoir lu, Colomb s'en alla à la découverte des Antilles avec les navires obtenus du gouvernement espagnol. On ne saurait douter aujourd'hui que Piri Reis avait mis la main sur la carte utilisée par le grand explorateur"
… Le commandant Larsen a fait là-dessus la déclaration suivante : "L'Office Hydrographique de la Marine a vérifié une ancienne carte (dite carte de Piri Reis) établie il y a
plus de cinq mille ans. Elle est tellement précise que seul un survol mondial pourrait l'expliquer. A première vue, l'Office Hydrographique s'est refusé d'y croire, mais il a fini par constater l'authenticité de la carte et il s'en est même servi pour corriger des erreurs dans certaines cartes contemporaines"
La longitude marquée sur la carte est exacte, chose absolument surprenante puisque nous avons appris à la calculer seulement il y a deux cents ans. Mallery alla jusqu'à s'écrier :Nous ne savons pas comment ils ont pu établir cette carte avec une telle précision, sans se servir d'un avion !"
…Les satellites de l'espace nous ont permis d'établir que notre planète a une forme rappelant quelque peu celle d'une poire. Or il existe une lettre de Christophe Colomb dans laquelle il affirme que la terre est formée "comme une poire". Il y a vingt ans, nous n'en savions rien. Comment Colomb a-t-il pu l'apprendre ?
…En effet, cette carte est normalement impossible, si l'on s'en tient aux connaissances supposées de l'époque pour de nombreuses raisons :

  • L'île de Marajo à l'embouchure de l'amazone n'a été découverte qu'en 1543.
  • Les Malouines seront découvertes en 1592
  • Le lama a seulement a été identifié en 1598 par les espagnols
  • Les côtes de l'Antarctique seront découvertes en 1818
  • L'Amérique du sud est reliée à l'Antarctique par un isthme disparu depuis 10.000 ans
  • Les rivages de l'Antarctique sont sans glace, ce qui confirme, malgré les détracteurs disant que la calotte glacière est vieille de plusieurs millions années, que cette partie ait pu être dégagée de ses glaces pendant environ 9.000 ans, il y a au moins 6.000 ans…..
  • ….

Carte de Piri Reis


La carte de Zeno (1380 recopiée en 1558)
montre le Groenland sans glace,
avec ses montagnes et des îles inconnues.

Ceci était un petit détour pour mieux comprendre les Mayas et les calendriers. Rappel du site ci-dessus que nous vous demandons d'aller explorer, car extrêmement documenté :

http://www.louisg.net/C_maya.htm

Publié dans notre planète

Commenter cet article